valerie boutot-nobrega
SERIES II           Chimaera  /  A walk with Narcisse  /  Le Ciel, à ma bouche
Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Chimaera Back

Chimaera

En ses terres originelles de Turquie, le mythe de la chimère nourrit encore de nos jours le charme folklorique de la côte lycienne. Des ruines ensevelies d'une antique Olympos aux plages sacrées de Çirali.

Monstre ravageur et fabuleux de la mythologie grecque, décrit comme composite et féminin - d'après Homère dans son Iliade -, la chimère crache le feu, et terrasse tout sur son passage.
Autrefois présage de tempêtes et naufrages, ou d'irruptions volcaniques, la colline de Chimaera semble empreinte d'une histoire marquée au fer rouge. A sa cîme, des flammes "éternelles" continuent à jaillir des entrailles de la pierre.

Sous l'éclairage complice d'un soleil nocturne, on ne peut qu'être saisi par le réveil de ces forces archaïques. Puissantes, vibrantes, comme un tremblement intérieur. Elles nous rappellent ces rites, ces danses telluriques qui ont, peut-être, jadis foulé et creusé le sol, cherchant à célébrer,  apaiser ou raviver les éléments. L'eau. Le feu.

Muse des peintres et poètes symbolistes, ou emblème du surréalisme, en tout temps, l'inspirante créature chimérique fascine et séduit.
Ce qu'il reste, aujourd'hui, de sa légende c'est la figure allégorique d'un symbole complexe.
Celui des créations imaginaires issues des profondeurs de l'inconscient.
Celui des rêves vains, des désirs inassouvis, ou encore inavoués.

"... Cette île des rêves fantastiques renferme toutes les formes de la passion..."
Gustave Moreau, 1884